imprimer
Chaudières industrielles
Juillet  2017

Le 14 juin 2017, le comité technique européen CEN/TC 269 s'est réuni à Berlin avec la participation de l'Allemagne et de la France, pays membres les plus impliqués puisqu'ils assurent respectivement l'animation et le secrétariat des groupes de travail actifs, l'un traitant des chaudières à tubes d'eau et l'autre des chaudières à tubes de fumée.

Ce comité poursuit un double objectif. Il doit, en même temps, adapter ses normes aux contraintes réglementaires dans le cadre de la Directive européenne 2014/68/UE "Équipements sous pression" (DESP) et intégrer de nouvelles techniques de conception, de fabrication et d'essais.

La révision des deux normes phares se poursuit dans la continuité.

Pour les chaudières à tubes d'eau, la norme EN 12952 en six parties, prend en charge les parties sous pression de celle-ci. Un projet d'amendement sur les généralités (partie 1, publiée en 2015) vient d'être inscrit. Il prendra en compte les remarques, objets de l'évaluation négative du Consultant CEN, portant essentiellement sur l'intégration des exigences de la nouvelle DESP. Cette problématique s'est également révélée au travers de l'examen de validité des autres parties de la norme : matériaux et accessoires (partie 2), conception et calcul (partie 3), calculs de la durée de vie prévisible des chaudières en service (partie 4), fabrication et construction (partie 5) et enfin contrôle en cours de construction, documentation et marquage (partie 6).

La situation est différente pour les chaudières à tubes de fumée et la norme EN 12953. La révision de sa partie 5, qui porte sur les contrôles en cours de construction, la documentation et le marquage, est bien avancée puisqu'elle a été jugée par les délégués présents, apte à franchir le stade de l'enquête. En parallèle, le groupe de travail va continuer ses avant-travaux de révision sur trois autres parties de la norme : exigences pour l'équipement (partie 6), protection vis-à-vis des excès de pression (partie 8) et dispositifs de limitation (partie 9). Les travaux de ce groupe vont se poursuivre sous la responsabilité d'Hervé Bac (Babcock Wanson), nommé en remplacement de Jacques Sperry (Viessmann Industrie France), l'UNM continuant à apporter son support au nouvel animateur.

Enfin, les membres du comité technique ont pris la décision de proposer l'annulation des rapports techniques CEN/CR 12952-17 et CEN/CR 12953-14 qui établissent des lignes directrices relatives à l'implication d'un organisme indépendant du fabricant, ces documents n'étant peu ou pas utilisés dans l'industrie.

 

Crédit photo : Babcock Wanson.

retour haut de page