imprimer
Roulements
Juillet  2017

Compte tenu du fonctionnement mis en place depuis 2015 avec des réunions tous les 6 mois des groupes de travail, l'activité n'a jamais été aussi fructueuse. Sur la période considérée, neuf normes ont été publiées, contre trois ou à quatre avant les nouvelles dispositions.

Le comité international ISO/TC 4, ses six sous-comités et des groupes de travail se sont réunis du 15 au 19 mai 2017 à Atlanta. Du point de vue français, les points clés de la semaine passée à Atlanta sont au nombre de 4 :

  • la prise en compte de la spécification géométrique des produits (GPS) est toujours une orientation prioritaire, qui dévoile encore des problématiques non détectées auparavant. La plus importante est liée à la révision de l'ISO 1132-2 "Principes et méthodes de mesurage et de vérification par calibre" qui devait intégrer les principes du GPS. Les experts du groupe en charge de cette révision en sont venus à la conclusion que compte tenu des connaissances spécifiques liées à la fonction du type de roulement aptes à la prise en compte du langage GPS, il était plus pertinent que les normes "produits" traitent ce point. Cette analyse, validée par le sous-comité 4, responsable de l'aspect tolérances dans les normes de roulements et confirmée par le comité technique peut avoir une conséquence fâcheuse : retarder la progression des projets qui sont déjà à un stade avancé. La France, impactée directement au travers de ses projets relatifs aux roulements à rouleaux et aiguilles, va devoir trouver une parade pour ne pas freiner leur progression.
  • la mise à disposition d'une norme de vocabulaire multilingue au terme de deux ans de négociation avec le secrétariat central de l'ISO est salutaire. Le maintien de ce document est primordial pour les discussions entre les parties.
  • la décision d'élaborer conjointement avec le comité ISO/TC 28 (Produits pétroliers) une norme pour évaluer la performance des lubrifiants dans les conditions de fonctionnement des roulements.
  • l'accueil mitigé du comité technique sur les deux propositions françaises. La première présentait le besoin de disposer d'une norme sur les imperfections des éléments roulants en céramique. La seconde déroulait les bénéfices attendus, dans la transposition au niveau international de la norme NF E 22-450 qui valorise les briquettes de meulures de rectification. Encore un peu de mobilisation pour que ces sujets voient le jour !

 

Crédit photo : Artema.

retour haut de page