imprimer
Petit outillage
Septembre  2017

Le comité international ISO/TC 29, présidé par la France, couvre la normalisation de tous les outils susceptibles d'être employés sur des machines et de tous les outils à main. Il s'appuie pour cela sur cinq sous-comités.

Du 15 au 19 mai 2017, une trentaine d'experts se sont réunis à Stockholm. Sept pays étaient représentés : Allemagne, Chine, France, Japon, Israël, Royaume-Uni et Suède. Cette semaine plus principalement consacrée aux "outils coupants" s'est conclue par la réunion du comité technique au cours de laquelle les activités des autres sous-comités ont été rapportées. Le mandat d'Alain Freyermuth arrivant à terme, ce dernier a été chaleureusement remercié par l'ensemble du comité pour son implication à la présidence du comité technique pendant 15 ans. Il sera remplacé par Michel Nickles (Seco).

Attentif à la cohérence de ses normes, ce comité a entrepris un gros travail de mise à jour de celles-ci. Les demandes de mise à jour du dictionnaire de référence de ces outils constitué à partir de six parties de la série ISO 13399 ont été traitées selon leur nature soit par l'agence de maintenance dédiée, soit par le groupe de travail WG 34 à responsabilité française.

En raison de leurs domaines proches, la fusion des sous-comités 2 (porte-outils, éléments relatifs aux attachements et interfaces) et 9 (outils à arêtes de coupe définies et éléments coupants) a été décidée. Bénéfice attendu : une homogénéité des projets et une optimisation des ressources.

Un débat sur l'utilisation des termes "mâle" et "femelle" dans les normes, initié par le sous-comité 10 en charge des outils de manœuvre pour vis et écrous, pinces et tenailles, a recommandé d'éviter leur utilisation quand cela est possible dans les travaux en cours et à venir.

Le sous-comité 5 en charge des meules et abrasifs a choisi de profiter du congrès annuel de la Fédération Européenne des Producteurs d'Abrasifs (FEPA) pour mutualiser la présence des experts du domaine et tenir sa réunion, le 7 juin 2017, à Marseille. Huit pays présents : Allemagne, Autriche, France, Italie, Norvège, Royaume-Uni, Slovénie et Suède. L'absence des pays asiatiques qui participent habituellement aux réunions a été regrettée.

Changement de président pour ce sous-comité : Gerhard Struth (Allemagne) remplace Geoff Clarke (Royaume-Uni). Après avoir remercié son prédécesseur pour ses dix-huit ans à la tête du sous-comité, le nouveau président a annoncé les objectifs de son mandat au nombre de cinq dans un premier temps : donner une identification précise de l'outil abrasif ; considérer, définir et décrire les progrès techniques ; tenir compte de l'état de l'art ; assurer la transparence et la fiabilité des procédés techniques ; améliorer la sécurité. Puis, dans un second temps, coordonner et intégrer les produits et normes de sécurité.

La question des liaisons avec les autres comités et sous-comités techniques a été débattue. Sur proposition française il a été décidé une nouvelle liaison avec l'ISO/TC 195 "Machines et matériels pour la construction des bâtiments".

Côté programme de travail, le projet de révision de l'EN ISO 6103, traitant des balourds admissibles des meules en état de livraison, présenté par la Suède, a été refusé. Motif: les exigences pour le meulage haute pression sont moins sévères que celles contenues dans la norme relative aux balourds des abrasifs agglomérés. Il a été demandé aux délégués suédois de détailler et justifier la demande de modification.

 

Crédit photo : Seco.

retour haut de page