imprimer
Robinetterie industrielle
Novembre  2017

La réunion de l'ISO/TC 153, tenue le 13 octobre 2017 à Berlin a été un succès. L'activité de ce comité international, qui s'était quelque peu ralentie ces dernières années, repart grâce à une réflexion préalable de son nouveau président sur l'orientation à donner aux travaux.

Préalablement à son mandat, le nouveau président, Jacques Peterschmitt (KSB), s'était vu confier en 2016 une mission prospective sur l'orientation à donner aux travaux dans les années à venir. Suite à ses propositions, le comité technique a pris de multiples décisions et réparti les travaux entre ses membres. Ainsi, la France est en charge de réviser la norme sur le marquage des appareils d'usage général ISO 5209, qui date de 1977. Cette révision sera menée sur la base de la norme européenne EN 19 sur le même sujet. Les États-Unis ont la responsabilité de mettre à jour l'ISO 5752, édition de 1982, qui traite de la robinetterie utilisée dans les tuyauteries à brides. La Chine et la Corée vont travailler ensemble pour rafraîchir l'ISO 6002 "Robinets-vannes en acier à chapeau boulonné" dont la dernière version remonte à 1992.

Les travaux vont aussi reprendre sur les normes de robinets-vannes pour le pétrole et le gaz naturel. Deux normes sont concernées: ISO 10434 (2004) et ISO 15761 (2002). C'est à la Norvège que revient le travail : Aker Solutions s'est porté volontaire pour reprendre le travail effectué en 2012 et 2013 par Shell.

Enfin, la question de la reprise des travaux initiés en 2009 sur les essais de type a alimenté les échanges. Finalement, le Canada reprend le projet qui couvrira les essais de cycle mécaniques, sous pression et en température, avec la mission d'en restreindre l'application aux robinets d'isolement à papillon et à tournant sphérique.

Le consensus pour développer une norme sur les performances minimales n'a pas été trouvé. Un projet de norme sur le même sujet, en cours de développement en Europe, pourra servir lorsqu'il sera publié, à relancer les discussions. Il n'y a pas eu de soutien non plus pour élaborer une norme ISO sur l'adduction d'eau, les réglementations nationales étant trop différentes. En revanche, le comité a renouvelé son intérêt à développer des normes ISO sur les actionneurs électriques et sur les réducteurs d'appareils de robinetterie, sur la base des travaux menés au plan européen.

Douze pays étaient présents à cette réunion : Allemagne, Canada, Chine, Corée, Egypte, Espagne, France, Italie, Japon, Norvège, Royaume-Uni et USA.

 

Crédit photo : DR

retour haut de page