imprimer
Chaînes
Décembre  2017

La résilience des matériaux, tant pour les composants que les accessoires, a suscité beaucoup de discussions, notamment entre l'Allemagne et le Japon. Présentations techniques à l'appui, le comité technique a été informé du détail de ces travaux et a pu débattre en conséquence.

Pas loin de trente experts sont venus représenter l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Australie, la Chine, les États-Unis, la France, le Japon, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, du 17 au 19 octobre 2017, à Tokyo, aux réunions du comité international ISO/TC 111 et de deux de ses sous-comités.

Le sous-comité 1 "Chaînes et élingues à chaînes" a examiné et validé le projet de révision de l'ISO 1835 pour être soumis à l'enquête. Ce projet spécifie les caractéristiques des chaînes de levage à maillons courts de la classe M(4) non calibrées, utilisées sur les grues, dans les élingues à chaînes, mais aussi pour le levage en général. Ce sous-comité a également débattu de la révision de l'ISO 4778 qui traite des élingues à chaînes assemblées par soudure. Il a estimé la progression des travaux satisfaisante.

Le sous-comité 3 "Composants et accessoires" a poursuivi la révision de l'ISO 2415 qui traite des caractéristiques des manilles droites et des manilles lyres. Les experts qui travaillent sur cette révision n'ont pas encore trouvé de consensus sur la question des exigences de résilience. Focalisés en priorité sur la sécurité des utilisateurs, ils débattent autour de la non-défaillance liée à la résilience à basse température, d'une méthode alternative à l'essai Charpy et de la possibilité de recourir à des matériaux en micro-alliage. Une fois ces travaux terminés, le sous-comité 3 envisage de développer une norme sur les manilles en acier inoxydable. Par ailleurs, il a également été envisagé d'étendre les travaux aux produits réalisés en aciers à haute résistance.

 

Crédit photo : STAS.

retour haut de page