imprimer
Machines pour le génie civil
Janvier  2018

Un bilan plus que satisfaisant : une représentation régulière et renforcée ponctuellement à chaque réunion contribue à la reconnaissance de la compétence et des contributions pertinentes de la délégation française.

Une trentaine de participants venus de sept pays (Allemagne, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, France, Inde et Japon) ont pris part entre le 7 et le 10 novembre 2017 aux réunions du comité international ISO/TC 195 tenues à Austin, capitale du Texas.

Le sous-comité 1, sur les machines pour la production, le transport et la distribution du béton, a attendu quatre ans que les travaux européens sur la sécurité de ces machines (centrales de production en particulier) aboutissent. Ces projets sont maintenant inscrits au plan international. Dans un esprit constructif, ce sous-comité a proposé d'organiser les prochaines réunions en Europe afin de réunir un maximum d'acteurs. En outre, ce sous-comité compte exploiter, dans ses projets, les travaux de recherche américains concernant les vibrations transmises au corps humain par les lisseuses à béton.

La France a présenté sa propositiond'étude, pour compléter la série EN ISO 20500 qui traite de la sécurité des machines pour la construction des routes, coupant ainsi la voie à l'Allemagne qui voulait prendre la main sur ce sujet qui a pour objet la performance des systèmes de captation des poussières (de silice) émises par les fraiseuses. La Suède et la Corée du Sud ont fait savoir leur intérêt à rejoindre les travaux de cette série de normes.

De même, la France a proposé un projet de norme sur la terminologie des machines d'épandage et de pulvérisation des produits bitumineux.

Enfin, les problèmes de recouvrement entre les machines de forage et machines utilisées en souterrain respectivement de la responsabilité des comités techniques ISO/TC 195 (machines de construction des bâtiments et travaux publics) et ISO/TC 82 (mines) sont en voie de résolution grâce à la forte implication des représentants français dans la Task Force créée spécifiquement par le Bureau Technique de l'ISO. La France a en outre confirmé son intérêt pour mener le futur sous-comité sur les machines de forage et de fondation.

 

Crédit photo : DR.

retour haut de page