imprimer
Robinetterie industrielle
Septembre  2018

La France est toujours leader dans la normalisation de la robinetterie industrielle, aussi bien au plan européen qu'international.

L'UNM a accueilli le comité européen CEN/TC 69, le 19 juin 2018. Six pays étaient présents: l'Allemagne, la France, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg et le Royaume-Uni. Avec cinq délégués, la délégation française était pour une fois plus importante que celle de l'Allemagne.

Le comité a renouvelé à l'unanimité le mandat de son Président, Pascal Vinzio (KSB). Son implication dans la robinetterie industrielle, mais aussi dans d'autres instances stratégiques, est un atout indéniable que tous les participants ont salué. Il assure pour le compte du comité technique le suivi des travaux européens sur les méthodes d'écoconception des produits mécaniques (CEN/TC 406) et sur la fabrication additive (CEN/TC 438). Il participe aussi activement aux travaux sur l'efficacité des ressources pour répondre à la demande de normalisation de la Commission Européenne. Enfin, il est un membre actif du CEIR (Comité Européen de l'Industrie de la Robinetterie) qui défend les intérêts de la profession au niveau européen, notamment en ce qui concerne la réglementation européenne qui s'applique à la robinetterie industrielle.

Après avoir passé en revue le programme de travail et le parc de normes, le comité s'est interrogé sur la cohérence de ses normes de produits. Or, elles ne le sont pas toujours, parce que développées à des périodes différentes. Le comité a donc décidé en premier lieu d'harmoniser les titres de celles-ci. Une proposition a été élaborée en réunion, elle devra être confirmée par un vote par correspondance.

Le comité a également évalué positivement le besoin d'une nouvelle norme européenne sur le SIL (niveau d'intégrité de sécurité).

Autre sujet : les appareils de robinetterie métalliques utilisés comme accessoires sous pression. Une fois la référence de l'EN 16668 de 2016 et son amendement de 2017 cités au Journal Officiel de l'Union Européenne au titre de la Directive Equipements Sous Pression, ce sera le tour de la norme chapeau du CEN/TC 69 pour la DESP. Les normes de produits seront alors révisées pour supprimer ce qui est propre aux équipements sous pression et faire référence à cette norme chapeau. La France a accepté d'initier ce travail en révisant la version 2017 de la norme EN 593 sur les robinets métalliques à papillon.

Un point d'avancement sur le projet EN 17070 qui fixe les exigences minimales de performance a été fait par son chef de projet français, Jacques Peterschmitt (KSB). Il a su être force de persuasion et a convaincu les fabricants européens que cette future norme peut devenir à la fois un outil de communication auprès des utilisateurs et de promotion des normes européennes. Ceci d'autant plus que d'autres organismes comme l'API (American Petroleum Institute) développent déjà de tels référentiels. Dans ce projet 5 niveaux d'endurance sont définis et ils correspondent à 5 niveaux de cycles. Le nombre de cycles est dégressif selon le diamètre et il y a 5 classes de diamètre. Du côté des actionneurs, les experts vont maintenant travailler sur l'EN 15714-6 sur les actionneurs linéaires hydrauliques.

Enfin, les fabricants européens ont soutenu la proposition du Royaume-Uni de réviser la norme EN ISO 10497 qui concerne l'essai au feu des appareils de robinetterie.

 

 Crédit photo : KSB SAS

retour haut de page