imprimer
Fabrication additive
Octobre  2018

Une collaboration européenne est née dans le cadre des équipements sous pression et les normes d'essais mécaniques vont être regroupées dans un même document international rationalisant ainsi les pratiques internationales.

Le comité européen CEN/TC 438 s'est réuni le 7 septembre 2018 à Gijón (Espagne) avec des délégués venant d'Allemagne, de France, d'Espagne d'Italie et de Suède.

Cette réunion a été l'occasion de faire la synthèse des besoins en termes de normes du domaine provenant des projets européens. Quelques sujets ont été identifiés en particulier dans les projets Kraken et Paraddise (traitant de machines multifonctions), mais ils restent vagues et parfois redondants. En outre, les différents participants et acteurs de ces projets ne sont pas informés des travaux en cours au plan normatif. Des contacts seront pris avant la prochaine réunion en vue d'établir une communication bilatérale et une participation plus soutenues et efficaces.

L'autre point majeur de cette réunion a été la décision de collaborer avec le comité technique européen CEN/TC 54 qui traite des récipients sous pression non soumis à la flamme. En effet, celui-ci a d'ores et déjà pris la décision de développer une norme de la série EN 13445 traitant des exigences complémentaires pour équipements et parties sous pression fabriqués par fabrication additive. Une modalité de travail en commun a été proposée au CEN/TC 438 et acceptée avec enthousiasme. Ce sujet est le premier du genre puisque le CEN/TC 438 ne faisait jusque-là que reprendre les normes internationales développées conjointement par l'ISO et l'ASTM. L'approche internationale vis-à-vis des exigences de la Directive "Equipements sous pression" diverge encore trop de celle des européens, ce qui explique que ce sujet reste purement européen.

Après l'Espagne, direction Singapour la semaine du 17 septembre 2018. Les mêmes délégués européens, auxquels se sont joints des représentants belges, finlandais et portugais ont retrouvé leurs homologues américains, canadiens, chinois, coréens, japonais, invités par la délégation singapourienne.

Le thème principal de la réunion de l'ISO/TC 261 concernait l'organisation même du comité et de sa structure. Il ne faut pas oublier que les normes sur la fabrication additive sont développées en partenariat avec l'ASTM depuis 2010. L'accord cadre de ce programme commun prévoyait alors la création de groupes de travail joints avec un nombre limité d'experts de chaque organisation et un programme restreint. Compte tenu du besoin de l'industrie de disposer rapidement de documents, cette disposition initiale conduit aujourd'hui au constat de l'existence de 25 groupes joints ! Cette structure commune devient complexe à gérer. Ce sont désormais les groupes de travail ISO qui auront la tâche de piloter et de suivre les groupes de travail joints placés sous leur responsabilité.

Enfin la délégation française a demandé et obtenu la création d'un groupe de travail joint qui aura pour tâche de réviser en un seul document les normes ISO et ASTM traitant des essais mécaniques. Ce nouveau sujet qui concerne aussi bien les métaux que les plastiques et les céramiques permettra encore mieux d'exprimer toute la spécificité de la fabrication additive sur les éprouvettes.

 

Crédit photo : Cetim

retour haut de page