imprimer
Brides et leurs assemblages
Décembre  2018

Les délégués allemands, anglais, finlandais et français ont validé l'avancement du programme de travail dynamique du comité européen CEN/TC 74, réuni à Berlin le 18 octobre 2018.

Pour la série des normes EN 1092, la révision de la partie 1 sur les brides en acier, désignées PN (brides d'origine européenne) est maintenant publiée.
La révision de la partie 2 sur les brides en fonte a démarré sous la responsabilité de Pierre Oehler (Saint Gobain PAM), avec pour feuille de route l'introduction des grands diamètres sur le modèle des brides en acier.

Concernant la série des normes EN 1759, la proposition allemande de révision de la partie 1 sur les brides en acier, désignées Class (brides d'origine américaine), a été finalisée.
Ce projet de révision prend en compte les normes américaines ASME pour les aspects géométriques et les relations pressions/températures. Quant à la série des normes EN 1514 et EN 12560 qui traitent des dimensions des joints pour les brides désignées PN et Class, les projets pour la révision des parties 1 et 2 sur les joints plats non métalliques avec ou sans insert et les joints spiralés, sont toujours en cours de rédaction.

La révision de l'EN 13555 sur les paramètres de joints et les procédures d'essais intègre maintenant les joints RTJ et élastomères, la détermination numérique des constantes de joint et les essais (Qsmax) des joints en graphite tendre.

La révision de la série des normes EN 1515 sur la boulonnerie pour assemblages à brides, est ralentie faute d'animateur du groupe de travail. Seule la révision de la partie 4 qui prescrit la sélection de la boulonnerie pour assemblages à brides pour les équipements relevant de la Directive européenne Équipements sous pression a été finalisée et le projet devrait prochainement être soumis à l'enquête. Les travaux sur les autres parties 1 à 3 n'ont pas encore débuté.

Pour la série des normes EN 1591, la proposition française est pratiquement en phase d'approbation par les comités membres. Le sujet majeur de la série (partie 1) relatif à la méthode de calcul des assemblages à brides, est quant à lui, toujours en cours de discussion.
Le principal point porte notamment sur la remise en cause par les experts allemands du coefficient de fluage relaxation (ΔeGc) introduit dans la version 2013. Les débats se poursuivront sous la responsabilité d'Hubert Lejeune (Cetim), nouvellement désigné animateur du groupe face à une candidature allemande.

Prochaine session du comité technique et de ses groupes de travail en octobre 2019 à Londres.

 

Crédit photo : SNCT

retour haut de page