imprimer
Engins de terrassement
Décembre  2018

Les nouvelles technologies sont au centre des débats, mais aussi les concepts pour un développement durable promus par l'Europe et par des pays comme la Chine.

Pas moins de treize pays et près de 70 participants (avec une délégation chinoise particulièrement imposante) étaient présents à Liuzhou (Chine) du 22 au 26 octobre 2018 pour le comité international ISO/TC 127 et ses quatre sous-comités.

Si l'ensemble des instances a atteint son rythme nominal pour les thèmes classiques tels que la sécurité des machines, les essais ou la terminologie, de nouveaux sujets émergent et ont retenu l'attention des participants. Cette nouvelle dynamique conduit en premier lieu à établir officiellement le Groupe de Consultation du Président (Chair Advisory Group ou CAG), chaque comité membre étant libre d'y désigner jusqu'à deux délégués. Ensuite, une nouvelle structure spécifique sous la forme d'un groupe ad-hoc sera chargée d'établir une meilleure communication entre les groupes traitant des protocoles de communication et de sécurité (échange de données sur chantier et avec la base, robotisation...). En complément, la Chine propose la création d'un nouveau sous-comité sur le développement durable (éco-conception, économie circulaire....) et les Etats-Unis un nouveau projet de norme sur les ports de communication pour les systèmes anti-collision spécifiques des engins de terrassement ainsi que la prise en compte de nouveaux types de matériels comme les systèmes à dépression (vide) pour les excavations.

Afin de rationaliser les resources des experts, la tendance est à l'élaboration de ces sujets techniques dans des groupes joints entre deux comités (par exemple ISO/TC 23 pour les machines agricoles, ISO/TC 82 pour les mines ou ISO/TC 195 pour la construction et génie civil et
ISO/TC 127). Le Japon demande que les procédures internes de l'ISO soient améliorées, car au moment des enquêtes menées par le Secrétariat Central, seuls les membres du comité responsable des travaux sont invités à s'exprimer. Or si deux comités ont travaillé sur le sujet, leurs membres peuvent être différents et comble de l'ironie, certains membres ayant contribué sur le sujet ne seront pas informés de l'enquête.

 

Crédit photo : LIEBHERR

retour haut de page