imprimer
Caoutchouc
Mars  2019

La France, toujours très active dans les travaux internationaux, renforce son implication dans les aspects environnementaux et développement durable. La série ISO 48, récemment publiée, va bouleverser les habitudes du monde des essais de dureté.

Invitées par le comité membre chinois à se tenir à Hangzhou, les réunions du comité international ISO/TC 45 ont pris place du 29 octobre au 2 novembre 2018. Pendant 5 jours, 125 experts venus de 16 pays se sont côtoyés dans les réunions du comité technique, de ses 4 sous-comités et 24 groupes de travail. A l'issue de la session, il a été décidé de réviser 39 normes, d'en annuler 3 et d'inscrire 7 nouveaux sujets au programme de travail.

La délégation française était composée de Mai Le Huy et Patricia Roumagnac pour le LRCCP, d'Anne-Marie Gibon et Francis Peters pour Michelin et d'Hélène Cros et Véronique Mouazan pour l'UNM, ces dernières assurant les secrétariats des instances confiées à la France.

La reprise courant 2018 du secrétariat du groupe ISO/TC 45/WG 16 "Aspects environnementaux et développement durable", dont l'animation est assurée par le Royaume-Uni, permet à la France de consolider sa position et de maîtriser au mieux les travaux sur le sujet. En effet, une série de spécifications techniques, d'initiative française, portant sur les particules émises par l'usure des pneumatiques et de la route (TRWP) vient d'être publiée.

Par ailleurs, la France détient toujours deux autres instances importantes : celle traitant des matières premières, latex inclus (ISO/TC 45/SC 3) et celle traitant spécifiquement des élastomères de synthèse et régénérés (ISO/TC 45/SC 3 WG 5). La Chine a demandé, au cours de la réunion de ce dernier, à prendre en considération les sujets de normalisation sur les silicones. Le comité technique a confirmé lors de sa réunion de clôture que les silicones font bien partie du périmètre du Comité et que des travaux peuvent donc être entrepris.

Côté analyse chimique, les experts français ont œuvré d'une part pour contrôler un projet, à l'initiative de la Chine, sur le 2-Mercaptobenzothiazole (MBT) en accompagnant le chef de projet chinois et en s'appuyant sur les experts japonais. Le groupe de travail (ISO/TC 45/SC 2/WG 5) a reconnu que la collaboration française, chinoise et japonaise était exemplaire et devrait être un modèle pour les futurs projets. D'autre part, les deux projets à leadership français ont progressé de façon satisfaisante. Il s'agit pour le premier de la détermination des agents de protection par chromatographie en phase liquide à haute performance et pour le second de la détermination de la température de transition vitreuse par analyse calorimétrique différentielle (DSC).

Rappelons enfin le principe, établi par le sous-comité SC 2 responsable des essais et analyses, selon lequel il serait utile pour les utilisateurs que les normes portant sur la même thématique, mais couvrant différents aspects ou méthodes, soient regroupées sous une même référence. La structure adoptée est la suivante : une première partie concernant les lignes directrices introductives de l'essai, et les autres parties reprenant les aspects et/ou les méthodes de la thématique. Cette pratique a déjà été utilisée pour certains sujets, par exemple les rhéomètres (série ISO 6502) et les propriétés dynamiques (série ISO 4664).

Fin 2017, le sous-comité a décidé de regrouper les normes de dureté sous la référence "ISO 48". La série complète (9 parties) a été publiée en France fin 2018. Le tableau ci-dessous indique la correspondance entre la nouvelle numérotation et l'ancienne.

 Crédit photo : VECTORPOCKET - FREEPIK

 

 

retour haut de page