imprimer
Spécification géométrique des produits (GPS)
Mars  2019

La session hivernale du comité international ISO/TC 213 s'est tenue à Genève, du 28 janvier au 8 février 2019, sous le patronage hautement scientifique et prisé du CERN et le soutien de la France qui s'est chargée de l'organisation logistique des réunions.

Roberto Losito, chef du Département Ingénieriel a accueilli les participants et les a invités à trois conférences présentant les activités du CERN : "Mechanical and Materials Engineering", "le transfert de connaissances" et les "défis de la métrologie sur de grands volumes".

Bertrand Nicquevert, membre permanent du CERN et membre actif de l'UNM 08 avait organisé des visites ouvrant ainsi les portes du détecteur de particules ATLAS, du laboratoire de métrologie, du site de fabrication des aimants superconducteurs utilisés dans l'accélérateur de particules et l'"antimatter factory" (usine à antimatière).

Est-ce le lieu qui a aiguisé la curiosité ? On pourrait le croire si on se fie à une participation plus élevée que la normale avec 115 experts venant de 15 pays. La France aussi a suivi le mouvement avec 11 experts français désignés par les trois commissions nationales UNM 08, UNM 09 et UNM 10. Autre signe : tous les groupes de travail, y compris celui sur le tolérancement dimensionnel et géométrique des pièces moulées, se sont réunis. La Chine reste absente de ces réunions.

Toujours très moteurs, les experts français pilotent 9 projets. Les travaux sur la "partition" avancent grâce aux propositions de Nabil Anwer (ENS Paris-Saclay). La révision de l'ISO 5459, pilotée par Renald Vincent (Cetim), sur les références est en pleine restructuration : débats animés sur les éléments de contact (CF), la définition des références partielles mobiles et la proposition d'un nouveau symbole pour la partition utilisant des éléments-outils. La révision de l'ISO 8015, norme fondamentale qui fixe les concepts, principes et règles du domaine et le nouveau projet de norme sur l'association ont aussi fait l'objet de discussions. Le tolérancement géométrique et son expression sont toujours la cible des experts qui veulent indéfiniment l'améliorer. A l'ordre du jour de cette session, les modificateurs UF, CZ et CF.

Jean-François Maurel (Pimeca) a pu finaliser la révision de l'ISO 2692 (exigence du maximum et minimum de matière). Le principe de réciprocité, que certains voulaient supprimer, subsiste.

Le guide pour l'utilisation des filtres, ISO 16610-100, projet mené par François Blateyron (Digital Surf) progresse.

Côté états de surface, une nouvelle série sur la méthode du profil (ISO 21920) voit le jour.

La série de normes ISO 10360 pour les machines à mesurer tridimensionnelles (MMT) continue sa progression, avec une 13ème partie sur les systèmes de mesures tridimensionnelles optiques. Egalement à l'étude, une nouvelle série de normes ISO 23165 sur l'incertitude de la valeur d'essai pour les MMT.

Enfin, trois normes d'instruments de mesure sont en révision : jauges de profondeur (ISO 13385-2), micromètres d'extérieur (ISO 3611) et comparateurs mécaniques à cadran (ISO 463). A signaler des travaux sur les instruments de mesure de forme à plateau tournant (RAFMI).

(1) Le CERN, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est l'un des plus grands et des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde.

 

Crédit photo : SIEMENS

retour haut de page