imprimer
Transmissions hydrauliques et pneumatiques
Juin  2019

Fréquentation record aux réunions des groupes de travail. La France, influente et d'expertise reconnue dans le comité international ISO/TC 131 avec la responsabilité de quatre instances actives, a reçu une cinquantaine d'experts venus des quatre coins du monde. Un événement organisé par l'UNM, qui s'est tenu du 13 au 16 mai 2019 à la Maison de la Mécanique.

Mandatés par les Etats-Unis, le Japon, la Chine, l'Allemagne, le Royaume-Uni ou encore l'Italie, les experts se sont retrouvés autour des travaux de deux groupes de travail à animation française avec l'appui d'un secrétariat UNM. Dans le groupe de travail qui traite des accumulateurs, animé par Alain Houssais (Parker Olaer), trois projets d'origine française ont été présentés et ont reçu un bon accueil. Ils traitent respectivement d'une méthode d'essai de performances en débit des accumulateurs, d'un guide pour le choix et contrôle des fournitures pour joints toriques, et d'un guide pour l'utilisation et l'application des accumulateurs. Un quatrième projet, également porté par la France et défendu par Michel Schmidt (Asco Numatics), vise à établir une méthode d'essai de mesurage du niveau de pression d'émission acoustique des silencieux d'échappement.

Le groupe de travail WG 3, qui traite des appareils de régulation pneumatique, a fait salle comble : 27 participants ! Les experts français, également très investis dans les travaux de ce groupe, sont force de proposition avec, entre autres, leur contribution sur la méthode d'intercorrélation. Reprenant le principe des essais en mode décharge à partir de la corrélation entre énergie pneumatique (débit mesuré) et énergie sonore (mesure au sonomètre), cette méthode a pu être développée en mode expérimental avec le concours du Cetim avant d'être proposée en normalisation.

Enfin, le tout nouveau groupe de travail (ISO/TC 131/SC 8/WG 14) qui va développer une norme sur les essais des pompes hydrauliques à eau, s'est pour la première fois réuni depuis sa création en mai 2018.

Les prochaines réunions de l'ISO/TC 131 se dérouleront à Milan en octobre 2019. Les groupes de travail se réuniront à nouveau. A noter, celui qui couvre les raccords et tuyauteries pneumatiques, à secrétariat et animation français (ISO/TC 131/SC 4/WG 9), qui se réunira également. Les représentants d'Artema et du Cetim appuient les travaux de normalisation et viennent en soutien aux industriels dans les échanges menés avec les autres délégués.

ISO/TC 131 : près de 50 ans d'existence

Source : www.iso.org

Créé en 1969, le comité international ISO/TC 131 est en charge de la normalisation des transmissions hydrauliques et pneumatiques, notamment : terminologie, construction, dimensions principales, exigences de sécurité et méthodes d'essais et de vérification.

Cette normalisation concerne les organes tels que : accumulateurs, appareils de réglage, appareils de distribution, dessiccateurs d'air comprimé, dispositifs d'étanchéité, filtres et séparateurs, fluides, lubrificateurs pneumatiques, moteurs, pompes hydrauliques, raccords, raccords rapides, réservoirs, organes et systèmes électrohydrauliques et électropneumatiques, systèmes logiques statiques, systèmes logiques à déplacement, tuyauteries (rigides et flexibles), tuyaux flexibles et leur fixation, vérins, raccordement et montage de tuyaux flexibles. Pour traiter ces sujets, le comité s'appuie sur 9 sous-comités, dont celui sur les appareils de régulation et de distribution et leurs composants à présidence française et secrétariat UNM. Deux groupes de travail, animés par la France, travaillent sous sa responsabilité directe.

Ce comité compte 14 membres participants (P) : Allemagne, Brésil, Chine, Corée (République de), États-Unis, France, Inde, Italie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède, Turquie.

Sous la responsabilité des Etats-Unis, le comité ISO/TC 131 a publié 230 normes depuis sa création.

Actuellement, 34 projets de normes (principalement des révisions de normes publiées) sont en cours de développement.

Un peu d'histoire

Source : www.artema-France.org

Les transmissions pneumatiques sont sans doute les plus anciennes élaborées par l'homme. La sarbacane comportait déjà toutes les composantes d'un système pneumatique.

Leur précision, leur souplesse, leur propreté, leur silence en font des alliées incontournables de nombreuses fonctionnalités comme par exemple dans l'ouverture et fermeture de portes de bus ou de tram. L'utilisation de la pneumatique permet des mouvements répétitifs à l'infini, des déplacements de grande précision, des asservissements, une grande force mais également une grande délicatesse dans les mouvements.

De très nombreuses utilisations en sont faites dans la manipulation sur les chaînes de fabrication, l'emballage, les appareils médicaux, les parcs d'attractions, les systèmes de contrôle. Elle joue un rôle essentiel dans la robotique, les machines transfert, l'automobile, les systèmes de transport, la manutention etc.

Son faible encombrement permet également de l'utiliser dans des technologies miniaturisées. Pour la fabrication de téléphones cellulaires par exemple, on utilise des mini-vérins et tout un ensemble de dispositifs miniaturisés pour correspondre aux dimensions du produit fini et des composants qui entrent dans sa fabrication.

 

Artema : le syndicat professionnel des industriels de la Mécatronique

Artema rassemble sur toute la France 150 entreprises (PME, ETI ou groupes internationaux) qui conçoivent, fabriquent, commercialisent et assurent la maintenance des composants, solutions, et systèmes relatifs aux transmissions hydrauliques, des transmissions et automatismes pneumatiques, des éléments de transmission mécanique, de l'étanchéité industrielle...

Crédit photos : DR - OLAER INDUSTRIE

retour haut de page