imprimer
Choisir un joint torique
Septembre  2019

Le choix d'un bon joint torique est primordial pour le fonctionnement d'un vérin.

C'est pour cette raison que la commission UNM 31 "Transmissions hydrauliques et pneumatiques", à l'initiative de son président Alain Houssais (PARKER OLAER) a décidé de réviser le guide FD E 48-043 pour le choix et le contrôle des fournitures, et plus spécifiquement des joints toriques en caoutchouc. La révision du texte a d'abord été proposée par Maurice Navarro (ECO POLYMER CONSEIL), puis validée par la commission UNM 31. L'idée motrice est de fournir de nouveaux outils permettant à l'utilisateur de choisir le joint torique le plus adapté à l'environnement dans lequel il sera utilisé et au but recherché. In fine, le bon choix du joint élastomère implique une meilleure fiabilité et donc une meilleure performance globale. N'oublions pas que ces joints contribuent à garantir l'étanchéité des systèmes qui préviennent les fuites de fluides ou les entrées de produits contaminants.

Pour ce faire, ce document rappelle l'influence des conditions de fonctionnement sur les caractéristiques des joints toriques (pression, fluide, température, état de surface, application statique ou dynamique...), la constitution et les propriétés des mélanges caoutchouc (mécaniques, physico-chimiques, thermiques et électriques), les contrôles qualités de réception ainsi que les conditions de stockage avec des durées conseillées.

Quatre annexes détaillent plus particulièrement la viscoélasticité et le facteur de perte, l'estimation de la durée de vie des élastomères, la simulation et calculs du comportement des caoutchoucs par éléments finis et les défaillances et la fiabilité des joints toriques.

Les bureaux d'études, appartenant à des sociétés de tailles petite et moyenne, vont trouver dans cette nouvelle version tous les arguments pour justifier leur choix de design et de conception hydraulique.

 

Crédit photo : SHUTTERSTOCK

retour haut de page